Volkswagen #TDItour

Par Martin Sagala

image
Le 25 septembre dernier se déroulait la deuxième étape de l’événement #TDItour de Volkswagen, le but étant de traverser le Canada d’Halifax à Vancouver…sur seulement six pleins de diesel.
Si au Québec les moteurs TDI sont de vieilles connaissances et ont toujours été populaires, ce n’est pas nécessairement le cas chez nos voisins anglophones. En fait, la vaste majorité des ventes de voitures diesel en Amérique du nord sont réalisées chez nous, ce qui en dit long sur la méconnaissance de ces mécaniques souvent associé au domaine industriel, pourtant, on est loin des moteurs rugueux et bruyants de jadis…

image
Environ 1200km et 5 véhicules plus tard, je confirme hors de tout doutes que les dernières générations de diesels Volkswagen se comportent pratiquement en tout points comme leurs homologues à essence, pas de vibrations au ralenti, aucun “bruit de tracteur” en accélérations… en fait, la sonorité s’approche de celle d’un petit v6 en conduite sportive, du moins à l’intérieur du véhicule.
image
Les Golf familiale, Passat, Jetta et Beetle de notre essai partageaient leurs mécaniques soit un quatre cylindres turbo diesel de 2l qui s’acquitte fort bien de sa tache. Même bien au delà des limites légales sur route et avec d’innombrables départs canons, ces quatre véhicules n’ont jamais dépassé les 6l/100km, qui pourraient aisément s’abaisser à 5 en conduite plus “raisonnable”(avec transmission dsg)… de quoi faire rougir plusieurs hybrides et le tout avec des émissions pratiquement nulles, les moteurs diesels ayant été presque complètement dépollué au fil des ans.
image

Notre autre essai fut celui du Touareg TDI R line, équipé d’un savoureux v6 TDI de 3l. Pour ceux qui l’ignorent encore, le Touareg est la version Volkswagen du Porche Cayenne, on a déjà vu pire en fait de références!. Avec cette version, le constructeur de Wolfsburg a voulu créer un SUV sportif à mécanique diesel et même si les chiffres ne semblent pas astronomiques, ne faudrait pas prendre l’engin à la légère. Le petit v6 ne développe “seulement” que 240ch mais 406 livres/pieds de couple sont produit à seulement 1700rpm…on en est quitte pour un bon coup de pied au derrière en poussant accélérateur et la transmission automatique 8 rapports ne fait que contribuer au plaisir (à titre de comparaison mon premier camion dix roues pesant 11 tonnes disposait de huit vitesses et 220ch). Décrire ce Touareg comme bestial pourrais s’approcher de la réalité, sa consommation moyenne de 9l/100km lors de nos essais ne lui rendrait pas justice si je ne mentionnais pas que nous “chassions” les Mustangs et autres voitures sportives pour pouvoir en évaluer les performances, ce qui rend l’évaluation boiteuse…

image

Au final qu’en est-il de nos conclusions? Avec l’arrivée de plusieurs nouveaux joueurs dans le créneau du diesel sur nos marchés, Volkswagen est en excellente posture pour compétionner , ses décennies d’expérience dans le domaine leurs laisse une longueur d’avance et parait avec des moteurs aboutis et performants. Coté consommation et émissions, le diesel est sans égal, fini depuis un bail l’époque des fumées noires. Volks pousse même l’audace à proposer des véhicules sportifs motorisé de la sorte…on attends d’ailleurs confirmation de la venue des Golf GTD (GTI diesel)au Canada. Je ne vois personnellement pas d’arguments valables contre les voitures TDI, si ce n’est la mauvaise foi!

image

Tout les frais de voyage ont été payé par Volkswagen Canada.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s